Emmanuel Macron lance une mission sur la restitution d’œuvres d’art africain à leur pays d’origine. Chance historique ? Boîte de Pandore ? Notre enquête.
Par Valérie Marin La Meslée

Ce 1 er juin, sur la scène de l’Unesco, lors du colloque « Circulation des biens culturels et patrimoine en partage » (1), les participants n’en croient pas leurs yeux. Apparaît le visage de Roger Gicquel, célèbre présentateur du journal de 20 heures de TF1, évoquant, le 19 juin 1978, à la suite de l’appel du directeur général de l’Unesco d’alors, le Sénégalais Amadou-Mahtar M’Bow, le retour de leur patrimoine aux pays spoliés. Et Gicquel de parler d’objets que « les pays ont perdus dans des circonstances qu’il vaut mieux ne pas trop décrire ». Eclats de rires dans la salle en 2018. Au ciné…
source: lepoint.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici