Invited guests watch the film "Black Panther" in 3D which featuring Oscar-winning Mexico born Kenyan actress Lupita Nyong’o during Movie Jabber’s Black Panther Cosplay Screening in Nairobi, Kenya, on February 14, 2018. Black Panther is a Superhero film based on the Marvel Comics character featured the first black superhero as Black Panther in advanced fictional African nation. Nyong’o who won the Academy Award for best supporting actress in 12 Years a Slave in 2014, plays a major role as a female warrior in the film. / AFP PHOTO / Yasuyoshi CHIBA

Selon notre chroniqueur, répéter les mêmes poncifs sur les vertus de la démographie, de l’entrepreneuriat ou de la technologie ne suffira pas à améliorer le sort du continent.

Chronique. Voilà quelques jours, j’ai reçu le message suivant d’un ami, garçon intelligent, sensible et honnête : « Bonjour frangin. Pourquoi postes-tu souvent des informations négatives sur l’Afrique ? »
Ce « frangin » faisait allusion à une information que je venais de partager sur Twitter : le 5 juin, plusieurs médias nigérians ont rapporté que le Parlement avait menacé d’user de ses pouvoirs constitutionnels pour destituer le président Muhammadu Buhari si celui-ci ne répondait pas à dix exigences que députés et sénateurs venaient de lui adresser.
« Je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu veux dire, ai-je répondu. Je ne fais pas de relations publiques, je partage des informations qui me semblent intéressantes ou simplement des idées. Jamais je ne me demande si ce que je poste est positif ou négatif. Je me pose juste la question de la véracité ou de la pertinence de ce que je partage. »

« Perceptionnistes » contre « réalistes »
La question de cet ami est révélatrice de la ligne de fracture qui sépare deux courants de pensée chez les Africains les plus éduqués.

Les premiers, que l’on peut appeler les « perceptionnistes », pensent que l’image est plus importante que la réalité, que la réalité est affaire de perception. Et donc que si l’on parvient à changer le regard des gens à travers des effets de communication, alors on crée un contexte qui rend possible la réalité que l’on souhaite voir émerger ; ce que le sociologue américain Robert K. Merton appelait une « prophétie auto-réalisatrice ».
Les seconds, appelons-les « réalistes », pensent qu’il existe des faits qui dessinent une réalité objective et donc incontestable. Bien entendu, ils reconnaissent que les émotions permettent aussi de comprendre le réel, mais selon eux les sentiments ne peuvent se substituer aux faits.

Les « perceptionnistes » n’ont pas totalement tort. La perception compte. Changer la perception des gens peut modifier leur compréhension de la réalité et conduire à de nouveaux comportements. Mais sans un travail de fond sur la réalité objective, ces bénéfices seront sans effet durable. Le moyen le plus sûr de changer la perception des gens est donc de changer la réalité objective.

Demain peut être pire qu’aujourd’hui
Voici un bref aperçu de cette réalité objective : en 2018, malgré le potentiel du continent en la matière, la moitié des Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité ; dans le même temps, à peine soixante-dix ans après son indépendance, l’Inde vient d’annoncer l’électrification de tous ses villages. En 2018, un Africain sur trois vit toujours dans l’extrême pauvreté.

Dès 2035, selon le Fonds monétaire international (FMI), la population active africaine devrait excéder celle du reste des pays du monde. Pour prendre la mesure du problème d’emplois qui se posera alors, il faut avoir à l’esprit que 10 à 12 millions d’Africains arrivent sur le marché du travail chaque année et que le continent dans son ensemble crée à peine 3 millions d’emplois formels, souvent faiblement rémunérés. Pis, conséquence des irrésistibles progrès technologiques, selon une étude de l’université d’Oxford, 47 % des emplois que nous connaissons aujourd’hui pourraient disparaître sous l’effet de l’automatisation.
Cette réalité est terrifiante ; elle l’est d’autant plus qu’on a le sentiment d’un aveuglement collectif à travers le continent. Les « perceptionnistes » tiennent en effet le haut du pavé. De conférences en conférences, répétant les mêmes poncifs sur le dividende démographique, le génie des entrepreneurs africains ou les vertus de la technologie du moment, ils expliquent inlassablement que demain sera mieux. Nécessairement. Personnellement, je ne le crois pas. Si nous ne prenons pas conscience de la réalité objective, demain sera pire qu’aujourd’hui pour l’Afrique. Les artifices de communication les plus sophistiqués n’y changeront rien.
Yann Gwet est un essayiste camerounais. ( source: le monde.fr )

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici