Le Comité contre la torture des Nations Unies a émis ses inquiétudes sur certaines situations au Sénégal, qui selon lui, sont propices à la torture.
« La surpopulation carcérale, l’indépendance de la justice, l’usage excessif de la force par les agents de l’Etat, la question de la traite et des abus à l’égard des enfants et la question des décès et disparitions dans le cadre du conflit en Casamance figurent parmi les préoccupations du Comité contre la torture », informe-t-il dans un communiqué de presse.
Au cours d’une rencontre tenue mardi dernier au Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH-BRAO) à Dakar, le gouvernement du Sénégal a partagé avec la société civile les recommandations faites par le Comité contre la torture.
Cette restitution fait suite « au passage du Sénégal devant le Comité contre la torture les 25 et 26 avril 2018 à Genève », renseigne le communiqué. En outre, ce moment d’échanges a été mis à profit par les participants pour « aborder la question de la parité au Sénégal », 8 ans après la promulgation de la loi la consacrant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici