Les victimes des mines en Casamance ont lancé hier dimanche un cri du cœur à l’endroit de nos gouvernants pour réclamer plus d’assistance. Selon les derniers recensements, le nombre de ces personnes souffrant souvent d’un handicap est chiffré à 480 individus.

Selon un de leur responsables, non seulement les fonds d’assistance alloués par l’Etat se font rares alors que les besoins sont là et toujours grandissants, mais ne sont visibles que dans des cas d’urgence.

C’est pourquoi, lui et ses centaines de camarades demandent à l’Etat de l’inscrire dans la durabilité à travers des projets développement qui feront d’eux des acteurs et non d’éternels assistés.

Pour rappel, la rébellion en Casamance a fait non seulement beaucoup de morts parmi les populations, mais aussi des handicapés à vie qui n’ont eu le tort que de se trouver au mauvais lieu, au mauvais moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici